Omraam Mikhaël Aïvanhov, le Maître Spirituel venu de Bulgarie

Omraam Mikhaël AïvanhovOmraam Mikhaël Aïvanhov n’est pas coach et ne fait pas de développement personnel (ou presque). Pire… il n’est même plus de ce monde (physique, en tous cas) ! Alors pourquoi figure-t-il là ? Parce que grâce à ses paroles retranscrites et ses conférences filmées, empreintes de spiritualité profonde et d’accomplissement de soi, il pourrait devenir l’un de vos mentors

Aujourd’hui, les oeuvres de « Frère Mikhaël » sont exhaussées par les Editions Prosveta, qui lui sont dédiées. Sur leur site, on peut lire la maxime « Une pensée vivante. Un enseignement adapté à notre temps. » C’est bien ça, et pour en capter l’essence, abonnez-vous gratuitement aux « Pensées du jour« , envoyées chaque matin par e-mail. Parfois très ésotériques, mais la plupart du temps d’une justesse, d’une finesse et d’une modernité étonnantes.

Né en 1900 en Macédoine (ex-Yougoslavie), Mikhaël Ivanoff dit Omraam Mikhaël Aïvanhov passa ses 37 premières années en Bulgarie. Malgré une adolescence vécue dans des conditions difficiles, il était convaincu que les vraies valeurs sont celles de l’âme et de l’esprit. Conviction renforcée lorsqu’il rencontra à 17 ans son mentor, le Maître Peter Deunov.
Ses études de psychologie et de philosophie terminées, il devint professeur puis directeur de collège, tout en continuant à suivre assidûment l’enseignement de son Maître.

Il vint s’établir en France en 1937, où il dispensa un enseignement exclusivement oral, développant avec clarté et pédagogie une pensée vivante et originale devant des publics variés, toujours plus nombreux.
Dix ans plus tard, il fonda la Fraternité Blanche Universelle, association spirituelle et initiatique, parfois sujette à controverse pour risques de « manipulation mentale »… sans toutefois aller jusqu’au sectarisme.

Décédé en 1986 à Fréjus, il a donné jusqu’alors près 5000 conférences, essentiellement en France, en Suisse et au Canada. Grâce aux Editions Prosveta, ses oeuvres sont aujourd’hui disponibles sur plusieurs supports : une multitude de livres retranscrivant sa parole et son esprit, mais aussi de nombreux enregistrements audio et vidéo de ses conférences, traduits en une trentaine de langues.

Sa sagesse explore d’une part la « Science initiatique », et d’autre part la nature humaine dans toutes ses dimensions : individuelles, familiales, sociales, planétaires. A ses disciples, il enseignait les notions claires requises pour leur épanouissement spirituel et personnel, pour étancher leur soif de comprendre, tout en leur faisant prendre conscience des relations qu’ils devaient entretenir avec le monde qui nous entoure — les humains, la nature et l’univers entier.
Au-delà de la spiritualité, il insistait également sur la nécessité du travail du corps, indissociable de l’âme : nutrition, yoga, exercice physique, respiration, etc.

« Les questions qui se posent à nous seront toujours les mêmes : comprendre les êtres que nous sommes, découvrir le sens de notre existence terrestre et surmonter les obstacles qui se trouvent sur notre chemin. Alors, ne me demandez pas de vous parler d’autre chose, je reviendrai toujours sur ces mêmes sujets : notre perfectionnement, le chemin à parcourir et les méthodes pour le parcourir. »

Cet enseignement nous amène à réfléchir sur notre condition, notre chemin, notre évolution, nos peurs, nos doutes, notre rapport à nous-même et à l’autre. Et il nous convie tous, sans distinction d’ethnie, de religion ou de classe sociale, à vivre ensemble dans la paix et la fraternité.
Alors oui, en ce sens, il était une sorte de coach de développement personnel avant l’heure. 😉 Bien sûr, son oeuvre est très empreinte de mysticisme et d’ésotérisme, mais on peut aisément en extraire l’essence initiatique et concrète qui sied à notre quête de sens moderne.

Larry Dossey disait de lui : « La marque d’un grand Maître spirituel réside dans sa capacité à transmettre la sagesse avec une telle clarté qu’elle semble réellement simple comme si on l’avait toujours connue, comme si on la possédait en soi. »

Extrait d’une Pensée du jour

« La pratique de la vie spirituelle commence par affiner la perception que vous avez de votre être intérieur, et il est normal que vous ne soyez pas toujours très heureux de ce que vous découvrez : des limitations, des lacunes, des faiblesses. Mais ce n’est pas une raison pour vous décourager et arrêter le travail ; peu à peu vous allez prendre des forces et élargir, enrichir votre domaine.
Celui qui reste assis sur une chaise peut s’imaginer capable de tous les exploits. Mais s’il essaie de se lever, de marcher, de courir, de sauter, il mesure le véritable état de ses forces ; là, il est obligé de perdre ses illusions. Dans sa déception, il va se croire plus faible qu’il n’est, alors que cette prise de conscience est en réalité le commencement de sa force. Vous éprouvez des difficultés à vous éloigner de votre mode d’existence passé ? C’est la preuve que vous essayez d’avancer, de faire des efforts. Vous direz : « Oui, mais je souffre. » C’est entendu, vous souffrez, mais c’est parce que vous avez des perceptions nouvelles, parce que vous vous dirigez vers un monde nouveau. »

Sélection d’ouvrages sur Amazon

Laisser un commentaire